Nouvelle-zelande

Une Toyota Estima Self-contained


Tous frais débarqués de l’avion à Auckland après quelques 40 heures de vol nous étions survoltés à l’idée de découvrir ce nouveau pays et surtout nous n’avions qu’une seule chose en tête : trouver notre nouveau compagnon de route. À peine installés dans notre auberge, on se jette sur nos écrans afin de dénicher la perle rare… mais très vite, c’est la désillusion. Les prix s’envolent et de simples voitures aménagées sommairement sont proposées à des tarifs à la limite de notre budget (situé aux environs de 6000 dollars). Voitures trop vieilles, avec un kilométrage dépassant bien souvent les 300 000 km au compteur,… Après plusieurs visites et un quasi achat désastreux, on décide de sauter le pas. On le fabriquera nous-mêmes ce nouveau compagnon !

Dans ce dossier nous vous proposons des astuces pour acheter votre véhicule, nous décortiquons la nouvelle réglementation self-contained de 2017 et ce qu’elle implique et nous vous proposons un modèle d’aménagement intérieur facile à réaliser : lit convertible en une table et deux banquettes. Avec de bons outils et le matériel adéquat, votre véhicule peut être opérationnel et aux normes self-contained en moins d’une semaine !

Quand acheter son véhicule

C’est la réponse à cette première question qui va conditionner tout le reste car il existe en effet des périodes propices à l’achat et d’autres un peu moins, et inversement proportionnel et égal pour la revente !

En Nouvelle-Zélande les saisons sont un peu les mêmes que chez nous sauf qu’elles sont inversées et par ici l’hiver est rude ! Alors dès le mois de septembre, quand le thermomètre commence à grimper, les touristes et voyageurs débarquent de l’avion, prêts à entamer leur aventure. Mais très vite, à l’approche de l’hiver, la Nouvelle-Zélande est délaissée et seuls les plus courageux poursuivent leur road trip en van.

Vous l’aurez compris : de septembre à novembre (au printemps), tout le monde s’affère aux préparatifs et notamment à l’achat du van. En revanche dès les premières gelées, de mai à août, tout le monde s’empresse de poster son annonce alléchante dans l’espoir de revendre son van à un prix raisonnable.

Le marché est donc saturé pendant la période hivernale et les prix bien plus intéressants alors qu’à la haute saison les offres se font plus rares et les tarifs flambent. Cette information est à prendre en compte lors de l'achat mais aussi lors de la revente. Il sera aisé de vendre un véhicule à la haute saison et difficile de trouver acquéreur en hiver.

Si vous achetez votre véhicule durant la haute saison, il sera préférable pour vous de le revendre l'année suivante à la même période pour ne pas y laisser des plumes.

Où trouver son véhicule à Auckland

Les sites de vente sur internet

Nous avons été très surpris de ne pas trouver un site de vente global en Nouvelle-Zélande comme notre Bon Coin à nous. À la place c’est un site d’enchères qui est utilisé : Trademe. Certaines offres sur ce site, appelées bids, se font aux enchères avec une date limite ce qui a pas mal d’inconvénients car il faut être alerte quant à l’évolution de l’enchère et que la transaction ne peut pas se faire dans des délais courts et connus. D’autres annonces, appelées buy now, ne sont pas sous forme d’enchères et peuvent être négociées directement avec le vendeur.

Pour utiliser la plateforme Trademe, vous aurez besoin de vous créer un compte sur le site web et de disposer d’un numéro de téléphone néo-zélandais. Sans cela vous pourrez consulter les offres mais vous n'aurez pas la possibilité d'y répondre.

Vous trouverez un grand nombre d'annonces sur ce site web mais la plupart sont postées par des professionnels de l'automobile.

Le site web le plus utilisé par les Néo-Zélandais pour vendre et acheter entre particuliers est Facebook. C’ est un excellent moyen pour trouver un véhicule déjà entièrement aménagé et prêt à sillonner les routes. Un grand nombre de groupes ont d’ailleurs été créés sur la plateforme pour faciliter vos recherches :

En fonction de la saison, ce peut être un véritable rush pendant lequel les véhicules sont vendus à la minute où ils ont été postés. Si des annonces persistent sur les pages entre les mois de septembre et novembre ce n’est même pas la peine de vous déplacer, il y a de grandes chances pour que le véhicule proposé soit bon pour la casse ! Le problème avec les diverses pages Facebook contenant la mention backpacker, c’est que les réseaux de commerce de vans aménagés les ont infiltrées et que leurs annonces sont partout : nous sommes tombés dans plusieurs pièges et avons déboursé des sommes astronomiques en nous déplaçant dans tout Auckland pour visiter des voitures en bien piteux états.

Pour éviter cela, privilégiez les annonces d'autres voyageurs et évitez les ventes faites par certains locaux non scrupuleux qui jouent avec la fluctuation du marché pour acheter et revendre des véhicules aux backpackers. Ils n'ont pour la plupart jamais conduit ces voitures, ne les ont pas entretenues et ont acquis leur véhicule au plus bas coût pour en tirer la plus grosse marge possible. Il s'agit pour la plupart de véhicules délabrés qui risquent de ne pas vous emmener très loin.

De nombreuses annonces sont postées sur des groupes Facebook de voyageurs qui ne sont pas seulement destinés à la vente et l'achat de véhicules. Sur ces groupes vous aurez plus de chance de tomber sur un véritable voyageur qui connaît le véhicule qu'il vend. Qui plus est, il parlera avec un peu de chance la même langue que vous, le petit plus pratique.

Pour résumer, il est certainement possible de dégoter son véhicule sur le net hors période de rush mais, de septembre à novembre, attendez-vous à vous engager dans une lutte sans merci, sans garantie de résultats et le tout dans une ambiance d’oppression qui peut vite pousser à la faute.

Les marchés autos d’Auckland (car fairs)

Ellerslie Car Fair, Auckland

Il existe deux principaux marchés hebdomadaires sur Auckland : l’Ellersie carfair et le Auckland city carfair.

Nous ne nous sommes rendus qu’au premier et l’expérience a été suffisante. Arrivés dès l’ouverture pour être sûrs de ne pas louper une affaire, nous n’étions pas seuls ! Des dizaines d’autres backpackers comme nous, à l’affut de leur futur compagnon, se pressaient autour des dizaines de vans présents.

Pour le coup c’est sûr qu’il y a le choix, mais entre vendeurs honnêtes et malhonnêtes il n’est pas aisé de faire la distinction. Sur ces marchés il y a plusieurs catégories de vendeurs : les backpackers honnêtes qui cherchent à revendre leur compagnon et qui sont un peu pressés (ceux-là on présume qu’ils ne doivent pas être nombreux car nous n’en n’avons pas rencontrés); les garages tenus par des Indiens ou des Chinois qui passent leur journée sur le parking, essayant de refourguer un maximum de leurs véhicules; et ce qu’on a appelé les « faux backpackers » qui sont « engagés » par des sociétés pour revendre des vans en prétendant que ce sont les leurs et qu’ils viennent de finir leur road trip.

Vous l’aurez compris c’est une vraie foire ! Après avoir essayé quelques véhicules en piteux états et après avoir surtout bien rigolé de toutes les manipulations dont nous avons fait l’objet, nous avons pris nos jambes à notre cou sans nous retourner…

Les concessionnaires auto

Cette dernière option est celle que nous avons choisie, en désespoir de cause. Mais là encore ce n’était pas gagné… car même à ce niveau, les escroqueries sont impressionnantes ! Il nous a fallu multiplier les visites pour trouver un concessionnaire correct. Au cours de l’une d’entre-elles, une porte de van nous est littéralement restée dans les mains.

Nous avons fini par trouver ce concessionnaire : Pacific Cars en périphérie d’Auckland. Ce n’est pas un concessionnaire spécialisé dans les vans mais plutôt dans les voitures tout ce qu’il y a de plus classique et c’est peut-être là la clef du succès (un garage qui vend essentiellement des voitures pour les Kiwis et non pour les touristes). Nous y avons tout de suite trouvé notre compagnon : une Toyota Estima de 2000 édition gold (classe !).

Avec moins de 150 000 km au compteur et la somme de 5 000 dollars, nous étions bien en dessous des tarifs pratiqués en haute saison pour les véhicules aménagés et en possession d’un véhicule en mesure de nous conduire sereinement tout au long de notre road trip. Nous ne regrettons absolument pas ce choix car l’entretien de la voiture était impeccable, les pneus, neufs, tous les papiers à jour et nous n’avons rencontré aucun problème mécanique durant notre trip d’un an.

Une chose était sûre alors, l’achat était fait ! Oui mais tout restait à bâtir à l’intérieur et c’est là que la véritable aventure a commencé !


La certification self-contained

Kesako ?

La certification self-contained est un ensemble de règles mises en place par le gouvernement néo-zélandais afin d’attester qu’un véhicule et ses occupants peuvent être autonomes vis-à-vis de l’eau et des déchets pour une durée de 3 jours. Cette règlementation à été instaurée il y a plusieurs années et a pour but de limiter l’impact du tourisme sur l’environnement néo-zélandais. Cet ensemble de lois a récemment été mis à jour, au cours de l’année 2017, et quelques modifications ont été apportées. Elles seront listées dans le chapitre suivant.

Est-ce obligatoire ?

Il n’y a aucune obligation d’avoir un véhicule certifié self-contained pour camper en Nouvelle-Zélande. En effet, il existe de nombreux campings accessibles aux véhicules non équipés. Le problème est que ces emplacements demandent une gestion particulière étant donné la présence de toilettes et/ou d'un tri de déchets et qu’ils sont de ce fait le plus souvent payants. Les sommes varient entre 8 dollars et 15 dollars par personne. De plus le peu d’emplacements qui restent gratuits sont généralement des parkings en bord de route, bondés, ce qui enlève un peu de charme au road trip « perdu en pleine nature ». Vous l’aurez compris il n’y a aucune obligation mais sans cette certification notre trip n’aurait pas été le même !

La nouvelle règlementation self-contained : tout ce qu’il faut savoir

Voici en détails tous les éléments à connaître pour être sûr de passer la certification du premier coup :


  • Le véhicule doit contenir des toilettes chimiques. La nouveauté depuis la modification de 2017 est que ces toilettes doivent pouvoir être utilisés quand le lit est fait. À cela s’ajoute que l’utilisateur des toilettes doit avoir assez de place pour ses coudes et ses genoux ;


  • Le véhicule doit contenir un bidon opaque d’eau potable pour 3 jours à raison de 3 L par jour et par personne. Soit si vous souhaitez faire certifier votre van pour 2 personnes votre bidon devra avoir une capacité de 24 L minimum (25 L est la capacité standard). Ce bidon doit être maintenu solidement pour éviter les mouvements quand le véhicule est en déplacement ;


  • Le véhicule doit contenir un bidon opaque pour accueillir les eaux usées d’une capacité minimale égale à la capacité du bidon d’eau potable. Soit minimum 24 L si vous êtes deux à dormir dans le van. Ce bidon doit être maintenu solidement pour éviter les mouvements quand le véhicule est en déplacement ;


  • Le véhicule doit contenir une poubelle, aucune capacité n’est précisée dans la réglementation, nous avons opté pour le litrage minimum en vente : 10 L pour un gain de place ;


  • Le véhicule doit être équipé d’un évier étanche, personnellement nous y avons ajouté une pompe manuelle pour plus de confort ;


  • La plomberie : tous les tuyaux utilisés doivent être opaques et mesurer des diamètres minimums différents en fonction de leur utilisation :


  • L'évacuation de l'évier doit être raccordée à 1 siphon pour éviter le reflux d’odeurs ou de liquides,


  • Vous aurez besoin d’un tuyau qui évacue les gaz toxiques de votre bidon d’eau usées vers l’extérieur. Pour cela pas d’autres choix que de percer la carrosserie de votre véhicule avec une scie cloche à métal. Ce tuyau doit avoir un diamètre minimum de 10 mm. Il doit également être installé de sorte qu’il passe au-dessus de l’évier avant d’être ammené à l’extérieur de l'habitacle,


  • Un tuyau reliant le bidon d’eau claire à la pompe est nécessaire, d’un diamètre de 12 mm,


  • Un tuyau d’un diamètre de 32 mm minimum est nécessaire pour évacuer les eaux usées, de l’évier jusqu’au bidon prévu à cet effet.


Notre installation certifiée self-contained

Se procurer les équipements self-contained

Partie du matériel pour installation self-contained

Après maintes recherches et comparatifs de prix nous avons opté pour acheter le maximum de l’équipement chez Backpacker Car World à Auckland : évier, pompe manuelle, bidons et tuyauterie.

La tuyauterie aurait été moins chère chez Burnsco (magasin spécialisé dans la navigation et les camping-cars) mais étant complétement ignorants des systèmes de plomberie adéquats nous avons préféré le kit prêt à être installé, un peu plus onéreux.

Les toilettes chimiques sont beaucoup trop chers auprès de Backpaker Car World, nous en avons trouvé sur Facebook grâce au Market Place à moitié prix (pour les prix voir la section budget un peu plus bas).

Aménager son véhicule : notre modèle de construction

Les outils

Pour aménager un van self-contained il faut un nombre incalculable d’outils : perceuse, scie électrique, scie à cloche, des clés à pipe, etc. Vous trouverez tout cela dans divers magasin des grandes villes tels que Bunnings ou Warehouse. Ces produits étant très chers neufs, vous pourrez aussi vous les procurer d’occasion en traquant les petits annonces via le Market Place de Facebook ou Trademe. Mais dans tous les cas, acheter ces outils vous reviendra très cher et, étant volumineux pour la plupart, vous aurez du mal à les stocker en attendant leur revente.

La solution pour laquelle nous avons opté est de faire appel à la générosité des Kiwis par le biais du couchsurfing, et nous n’avons pas été déçus. Réponse immédiate à notre demande et la famille qui nous a hébergés avait, en plus de mettre tout un établi d’outils à notre disposition, passé deux jours à nous aiguiller et à nous conseiller. La seconde option qui peut être aussi intéressante est de vous trouver un job dans une ferme auprès de laquelle il y a fort à parier que les outils dont vous aurez besoin pourront vous être prêtés.

Pour réaliser cet aménagement, vous aurez besoin d’outils et d’un emplacement où travailler sans déranger ni être dérangés. Voici la liste des outils nécessaires pour toutes les étapes suivantes :

  • Une clé à pipe 14 mm ;
  • Des tournevis (plat et cruciforme) ;
  • 3 planches de bois de 2 m sur 1,50 m, épaisseur entre 16 et 18 mm ;
  • Des vis, encore et encore, de tailles différentes ;
  • Une perceuse visseuse ;
  • Une scie sauteuse, circulaire, ou à main pour les plus téméraires ;
  • Une dizaine de charnières ;
  • Un mètre dérouleur ;
  • Un cutter ;
  • Deux sangles ;
  • Blocage à bille ;
  • Un crayon à papier ;
  • 4x2 m de tasseaux.

Retirer les sièges et les rails

Cette étape est assez délicate et sportive. C’est une clé à pipe de 14 qui vous sera nécessaire afin de parvenir à déboulonner les 4 boulons des 6 sièges arrière. Nous n’avons jamais trouvé cette clé, dans aucun des magasins cités un peu plus haut. C’est vers un garage de Kiwis que nous avons fini par nous tourner qui a généreusement pris quelques minutes pour déboulonner tous nos sièges.

Une fois retirés, il faut s’en débarrasser. Evidemment hors de question de les laisser sur la chaussée, direction une déchetterie appelée transfert station. Aux abords d’Auckland il y en a plusieurs qui ne sont ouvertes qu’en journée et à des horaires précis. Pensez à vérifier avant de vous y rendre. La petite surprise sur place est que ce dépôt n’est pas gratuit, il vous faudra vous acquitter de la somme de 26 dollars pour le tout !

Quand on pense avoir fait le plus gros et que sous les sièges on découvre les rails permettant le coulissement, on déchante. Mais pas de panique, avec un peu de temps et les bons outils, tout est possible. Là encore nous avons fait appel à un garage de Kiwis qui nous a prêté les outils et promulgué des conseils avisés. Suivez ces quelques étapes :

  • Le pied coulissant est fixé dans un rail et aucune vis n'est apparente. Ne vous acharnez pas dessus, cela serait totalement inutile. L'objet est sécurisé pour résister à un crash de voiture ;

  • Aux extrémités des rails, vous trouverez des caches. Soulevez-les pour faire apparaître les deux vis qui se cachent en dessous. Devissez à l'aide d'un tournevis cruciforme ;

  • Vous pouvez à présent ôter aisément les baguettes plastique qui recouvrent le rail. Il suffit de les déclipser.

  • À présent, en longeant le rail, soulevez le revêtement de moquette pour repérer les boulons qui le maintiennent accroché à la carosserie. Puis à l'aide d'une clé à pipe, dévissez-les ;

  • Le rail est désormais libéré. Devissez les vis apparentes à l'interieur de celui-ci et sortez-le de la rainure dans laquelle il se trouve avec le mécanisme de coulissage du siège. Une fois le rail retiré, faites coulisser le mécanisme jusqu'à l'extrémité du rail pour l'évacuer. Dans un souci d'esthétique, nous vous conseillons de remettre le rail en place sans le mécanisme de siège une fois ces étapes terminées ainsi que les baguettes plastique pour le camouffler. Voilà, le tour est joué !

La structure de base du lit

Pour l'intérieur, nous avons opté pour l'amménagement convertible lit/salon ayant eu vent du temps changeant en Nouvelle-Zélande. Celui-ci se constitue de deux banquettes, l’une contre les sièges avant, l’autre contre la cuisine à l’arrière ; et d’une table amovible qui vient se rabattre pour joindre les deux extrémités.

Sous chacune des deux banquettes nous fabriquerons des coffres pour stocker nos affaires, dont le bâtant supérieur peut se surélever grâce à des charnières.

Les quelques dimensions données ici le sont à titre indicatif étant donné que pour cette voiture (la Toyota Estima) il existe des dizaines de modèles différents et que nos mesures ne s’adaptent pas forcément aux vôtres. Prenez garde cependant lorsque vous prenez vos mesures de hauteur. La voiture n’étant pas très haute, pensez à prendre en compte l’épaisseur du matelas pour que vous puissiez par la suite aisément vous asseoir sur les banquettes sans avoir le dos courbé.


  • ÉTAPE 1 : les mesures


  • Installez les sièges avant dans la position qui vous convient pour être sûr que votre installation à l'arrière ne vous mettra pas dans l'inconfort pour conduire. Commencez par mesurer la longueur disponible à l'arrière de votre véhicule. Dans le coffre, nous amménagerons une kitchenette extérieure, il faudra donc conserver un espace pour y mettre les bidons. Soustrayez 40 cm à votre longueur pour cela. Vous devriez pouvoir conserver un peu moins de 2 m (190 cm dans notre cas). Il s'agit là de la place qu'occupera votre amménagement intérieur lit/salon.


    LONGUEUR AMMENAGEMENT INTÉRIEUR = (LONGUEUR DU VEHICULE À L'ARRIERE) - (40 CM POUR LA KITCHENETTE)


    Puis prenez la dimension de votre largeur. Si votre véhicule dispose de marchepieds, il faudra les soustraire à votre résultat. Votre meuble pour être stable doit être posé sur une surface plane. Vous devriez pouvoir conserver 150 cm.

    Maintenant prenez les dimensions de la hauteur de votre intérieur et déduisez grâce à elle quelle hauteur pourront avoir vos futurs coffres, qui seront, rappellons-le, vos sièges de salon. Cette hauteur doit être suffisament basse pour vous permettre d'être assis sans être recroquevillé. N'oubliez pas que sur votre coffre vous mettrez un matelas qui ajoutera une épaisseur à votre assise.


  • ÉTAPE 2 : le premier coffre


  • Maintenant que vous disposez de vos dimensions, nous allons pouvoir commencer les choses concrètes. Nous allons tout d'abord créer un premier coffre qui viendra s'installer juste à l'arrière de vos sièges avant. Il prendra toute la largeur disponible et 48 cm sur la longueur. Pour cela nous aurons besoin de :


    • A) 2 planches aux dimensions : L = 480 mm - (épaisseur de vos planches x 2) et l = Hauteur - (épaisseur de vos planches);

      exemple : si vos planches font 16 mm d'épaisseur

      L = 480 mm - (16 mm x 2)= 448 mm
      l = Hauteur - 16 mm


    • C) 1 planche aux dimensions : L = 480 mm - (épaisseur de vos planches x 2) et l = Hauteur - Épaisseur Tasseau;

    • B) 2 planches aux dimensions: L = largeur véhicule et l = Hauteur - (épaisseur de vos planches).

    Nous couperons sur chacune d'elle, un coin aux dimensions correspondant au diamètre de vos tasseaux.


Planches nécéssaires (mesures à titre d'exemple)

    Nos planches découpées, nous allons pouvoir les assembler. Nous allons créer dans le coffre deux compartiments. L'un pour des affaires diverses et l'autre qui servira à installer votre toilette chimique.

    Si comme nous votre toilette est plus haut que votre coffre, alors vous devrez démonter la partie supérieure et la ranger dans un autre coffre quand vous ne l'utiliserez pas.

    Si vous ne disposez que d'une seule portière arrière sur votre voiture alors la planche modèle A devra se trouver du côté de celle-ci. La seconde planche modèle A servira à faire une cloison dans le coffre. Ajustez sa position pour que le compartiment puisse stocker vos toilettes. Vissez le tout soigneusement. Pensez à faire des pré-trous avant de visser. Dans le cas contraire, les planches ou tasseaux risqueraient de se fissurer lorsque vous insérerez vos vis (à l'aide d'une perceuse et d'un petit foret, percez les endroits où vous allez visser. Cela permet d'enlever un peu de matière pour laisser place à la future vis). Félicitation, vous venez de terminer la seconde étape.



  • ÉTAPE 3 : le second coffre


  • Nous allons cette fois créer un plus gros coffre qui sera la deuxième banquette et un très grand espace de stockage. Nous nous servirons des garde-boues des roues comme point de repère. Votre deuxième assise commencera donc devant eux et s'étentra jusqu'au coffre qui deviendra très prochainement votre espace de cuisine. Vous travaillerez derrière les marchepieds du véhicule. Dans un soucis d'esthétique, vous pouvez donc couper vos planches un peu plus longues que précédement pour cacher les garde-boues, si vous le souhaitez vous pouvez donc prendre une nouvelle mesure de la largeur et vous caler sur celle-ci pour fabriquer ce second coffre. Pour cette 3e étape nous aurons besoin de :


    • A) 3 tasseaux L = Longueur du 2e coffre - (épaisseur de vos planches x 2);

    • B) 1 tasseau L = hauteur - (épaisseur de vos tasseaux);

    • C et D) planches aux dimensions : L = largeur véhicule et l = Hauteur - (épaisseur de vos planches).

    Comme précédemment sur le 1er coffre, nous couperons sur l'une d'entre-elles, un coin aux dimensions correspondant au diamètre de vos tasseaux.

    Si, pour des questions d'esthétique, vous avez repris la mesure de votre largeur intérieur, découpez l'encoche déstinée au tasseau de façon à ce qu'elle se trouve face à celle du premier coffre.


Planches nécéssaires (mesures à titre d'exemple)

    Il ne nous reste plus qu'à assembler et à fixer le tout à l'aide de vis. Utiliser des vis longues dans les tasseaux et pensez à faire des pré-trous avant de visser. Dans le cas contraire les planches ou tasseaux risquent de se fissurer lorsque vous insérerez vos vis.



    Vous vous demandez très certainement pourquoi nous avons fait une encoche sur un certain nombre de planches, en voici la raison. Vos deux coffres sont maintenant montés. Nous allons désormais installer un nouveau tasseau qui va venir relier les deux blocs. Il sera essentiel pour la suite de ce tutoriel et permettra à vos deux coffres de rester en place.



  • ÉTAPE 4 : le revêtement des coffres


  • Nous allons maintenant créer les portes qui vous permettront de vous asseoir sur vos coffres ainsi que de les ouvrir. Pour cela nous allons créer des bandeaux qui serviront à fixer les charnières et les portes. Pour cela nous aurons besoin de :


    • A) 1 planche L = longueur du grand coffre et l = largeur du grand coffre - 400 mm ;

    • B) 1 planche L = longueur du petit coffre et l = 40 mm ;

    Planches nécéssaires (mesures à titre d'exemple)

    Nous allons fixer ces deux planches sur le dessus de nos coffres à chaque extrémité. La plus petite sur le petit coffre, derrière vos sièges avant, et la seconde, vers l'arrière de la voiture.



    Il ne vous reste plus qu'à prendre les mesures de vos coffres non couverts et à couper deux planches de ces tailles pour créer ainsi les portes battantes qui seront au nombre de 3. Une pour les toilettes et deux pour les coffres. Vous pouvez également choisir d'en réaliser 4 et de séparer ainsi le grand coffre en deux.



  • ÉTAPE 5 : la table (partie I)


  • Votre intérieur a commencé à prendre forme. Il ne vous reste désormais plus qu'à installer la table. Mais attention, vous rappelez-vous les normes self-contained ? Allez je vous aide un peu :


    • Ces toilettes doivent pouvoir être utilisés quand le lit est fait

    Vous l'aurez compris, nous sommes face à un dilemme. Une réglementation surement instaurée pour faire diminuer le nombre de petit van amménagé de backpacker. Pas de stress, il y a HSF! Nous allons jouer un peu avec les réglementations nous aussi.

    Si un toilette chimique doit être installé, pour passer la certification, en pouvant être utilisé le lit fait, il est aussi écrit que celui-ci peut être utilisé par la suite de façon portative. C'est à dire que vous avez très bien le droit, une fois la certification obtenue, de sortir ce toilette et de l'utiliser en pleine nature si vous le souhaitez. Bon c'est étrange mais pourquoi pas.

    Puisqu'il en est ainsi servons-nous-en. Nous allons donc préparer le véhicule de façon à ce qu'il reçoive la certification self-contained. Une fois le papier entre les mains, nous apporterons quelques modifications. Le toilette sera toujours utilisable en mode salon et pour le reste on dira qu'on l'utilisera en mode portatif (comme il est autorisé) pour faire caca avec vue sur la mer. Il s'agit là de l'astuce utilisée par tous les garages vendant des voitures aux backpackers.

    Pour commencer nous allons couper deux planches de la longeur de nos coffres moins l'épaisseur du tasseau et d'une largeur de 100 mm . Elles serviront de soutien aux futurs planches qui constituront notre table et notre lit.


Planches nécéssaires. (Mesures d'exemple)

    Ne lésinez pas sur les vis. N'oubliez pas que ces planches devront soutenir votre poids. Le réveil pourrait être brutal. Le mieux est de leur faire traverser les planches et ensuite de les redécouper à la disqueuse.



    Nous allons maintenant combler l'espace entre les deux coffres avec 3 planches.


    • A 1 planche aux dimensions L = Longueur de la grande porte du petit coffre et l = largeur entre les deux coffres

    • B 1 planche aux dimensions L = 310 mm et l = largeur entre les deux coffres

    • C 1 planche aux dimensions L = espace manquant après avoir mis A et C et l = largeur entre les deux coffres

    Nous allons simplement déposer ces planches et ne pas les fixer avant d'avoir obtenu la certification self-contained.



    Lorsque vous emmenerez votre véhicule passer la certification, vous ôterez les parties B et C que vous mettrez de côté temporairement. Votre lit ne sera pas rectangle mais, dans les règles, aucune tailles ou formes spécifiques ne sont stipulées.

    Dans cette configuration, les toilettes seront donc accessibles quand le lit est monté.


  • ÉTAPE 6 : le matelas (partie I)


  • Le matelas se composera de 4 parties que l'on assemblera dans différentes configurations en fonction que votre intérieur soit en mode salon ou lit.


    • La 1re partie recouvrira l'intégralité du grand coffre ;

    • La 2nd recouvrira juste la partie A de la table ;

    • La 3e partie recouvrira la grande porte du petit coffre jusqu'au toilette ;

    • La 4e partie recouvrira la porte du toilette ainsi que la partie manquante de la table.


    Procurez-vous un matelas de mousse. Il vous sera possible d'en trouver un dans un Wharehouse. Il vous faudra raboter les côtés de votre matelas à l’aide d'un cutter car les dimensions de celui-ci sont plus larges que la place dont vous disposez à l’arrière. De plus les garde-boues et divers rangements créent des reliefs, vous aurez donc à ajuster le matelas en conséquence.

    Retirez la housse du matelas puis prenez vos mesures à l’aide du mètre et tracez au crayon à papier directement sur le matelas. Il ne vous reste plus qu’à découper. Utilisez un cutter avec une lame de bonne qualité pour obtenir une découpe la plus droite possible. Ne coupez pas le matelas pile aux bonnes dimensions. Conservez quelques centimètres supplémentaires de chaque côté. De cette façon, les différentes parties se compresseront les unes aux autres au moment de l'assemblage du lit. Le plus important est que les 4 parties soient parfaitement jointes afin de bénéficier d’un maximum de confort.

    Une fois vos 4 morceaux découpés, il ne reste plus qu’à les recouvrir d’un tissu et de les coudre. Concernant le tissu, nous avons récupéré une partie de la house du matelas déjà en place au moment de l'achat puis, pour le reste, nous nous sommes procurés des bouts de tissus dans un Salvation Army. Nous avons cousu par l’envers sur 3 des 4 côtés de chaque housse, question d’esthétique et de robustesse, puis avons retourné la housse avant de l’enfiler sur le matelas et de la refermer sur le dernier côté, en cousant sur l’extérieur cette fois.

    Lorsque vous emmènerez votre véhicule passer la certification, vous ôterez la partie 4 que vous mettrez de côté temporairement.

    Votre amménagement pour passer la certification ressemblera donc à ceci :



    Afin de maintenir votre matelas en place, vous pouvez installer une planche afin de créer un rebord.



La structure de la cuisine


  • ÉTAPE 7 : la cuisine


  • Maintenant que la structure principale de votre aménagement est construite, délaissons quelques temps l'intérieur pour nous concentrer sur l’arrière : la cuisine.

    Pour commencer, nous allons couper et installer un panneau à la hauteur désirée de notre cuisine. Nous le visserons sur le grand coffre. Le mieux étant que le panneau ne soit pas trop haut pour na pas cacher la vue de votre lunette arrière et vous permettre d'utiliser l'évier sans avoir à vous mettre sur la pointe des pieds.



    Nous allons désormais devoir percer un trou dans la carosserie de notre véhicule. Celui-ci servira au tuyau d'évacuation obligatoire pour obtenir la certification self-contained.

    Pour cela, inspectez votre coffre en passant sous le véhicule. Sur un des côtés, trouvez un espace vierge de tous systèmes mécaniques. À l'aide d'un foret, percez un trou que vous elargirez ensuite à l'aide d'un outil adapté.



    Après avoir obtenu un trou du diamètre de votre tube d'évacuation, insérez-le à l'intérieur et faites-le dépasser vers l'exterieur de quelques centimètres. Utilisez ensuite du mastic pour colmater le trou autour du tube.



    Passons maintenant à la structure de notre cuisine. Nous allons la construire grâce aux bouts de tasseaux qu’il nous reste. En ça rien de bien compliqué. Coupez et fixez vos tasseaux comme sur le schéma ci-dessous.

    Pensez à vérifier que vous puissiez fermer votre coffre sans contraintes et à garder une petite marge nécéssaire si vous voulez ajouter une table repliable comme nous l’avons fait. En effet, celle-ci, une fois repliée, viendra s’appuyer contre votre structure en tasseaux ce qui donnera à l’ensemble un volume un peu plus important.



    Coupez maintenant vos étagères et installez-les à l'aide d'équerres ou de cales que vous visserez en dessous.

    Sur l'unes d'entre elles, tracez un cercle pour délimiter l'emplacement de votre futur évier avec un diamètre inférieur d’environ 2 cm à votre évier. Ainsi il sera parfaitement stabilisé ; et un autre trou pour votre robinet.

    Découpez à la scie sauteuse, puis introduisez-y votre évier que vous fixerez ensuite à l'aide de petites vis.



    Installez maintenant votre plomberie en prenant garde que le tuyau d'avacuation sur sa course passe par-dessus votre évier..



    Installez vos différents éléments. Camping gaz, bidons, bouteille de gaz, etc. Ça commence à être pas mal n'est-ce pas ?

    Pensez à sangler vos bidons à l'un des tasseaux, élément indispensable à la réussite de votre passage de certifiaction.



  • ÉTAPE 8 : la table extérieure


  • Dans un petit espace comme celui d'une Toyota Estima, chaque recoin sera mis à partie. La table que nous allons fabriquer, en plus d'être extrèmement pratique, vous permettra de ne pas avoir à stocker une table de camping dans votre véhicule.

    Coupez une planche pour qu'elle recouvre l'intégralité de votre kitchenette. Fixez cette planche à l'aide de trois charnières sur vos tasseaux.

    À chaque extrémité de votre table, percez deux trous assez gros pour y faire passer une sangle.



    Tendez les sangles et accrochez-les aux ceintures passagers arrière du véhicule qui ne vous servent plus.



    Pour maintenir la table repliée lorsque vous ne l'utilisez pas, vous pouvez utiliser un blocage à bille.



    Félicitation, vous venez de terminer l'installation de la cuisine.



    Vous pouvez dès à présent présenter votre véhicule au contrôle afin d'obtenir la certification.



Modifications après avoir obtenu la certification

Dans cette partie nous allons passer à l'étape finale de la construction de notre véhicule.

Pour rappel, ces étapes ne doivent êtres réalisées qu'une fois la certification self-contained en poche.

Ressortez les planches de votre table B et C. À l'aide de charnières, fixez la planche B au tasseau qui relie vos deux coffres. Puis rattachez la planche B au plateau A de la même façon.



Votre table est maintenant articulée et se déplie et replie très facilement.



Sous le plateau qui nous servira de table, nous allons installer un tasseau au sol que nous fixerons entre nos deux coffres. Il aura deux utilités. La 1re, il va stabiliser l'écart entre le petit et le grand coffre. En 2nd il servira à installer un pied pour notre table.



Sur le tasseau que nous avons précédemment installé, fixez votre pied de table sur charnière.



Sous la table, nous allons caler le pied grâce à deux blocs coupés dans un tasseau entre lesquels notre pied de table viendra se glisser.



Et voilà une magnifique table convertible en lit en deux coups de pouces.



Aménager son véhicule : les finitions

Cette étape peut paraître anodine mais elle est essentielle si vous voulez profiter d’un minimum d’intimité dans votre voiture et ne pas être réveillés au moindre rayon de lumière ! Pour cela vous aurez besoin d’un petit nécessaire à couture, d’une paire de ciseaux, d’un mètre dérouleur, d’une ficelle de plusieurs mètres de longueur, d’un cutter et de tissus.

Vous avez la possibilité de vous procurer des rideaux tout à fait opaques dans un Warehouse ou un Kmart mais ceux-ci sont généralement assez chers (de l’ordre de 60 dollars par rideau) et pas adaptés à vos tailles de fenêtres. Nous avons donc opté pour la solution nappe de table que l’on a doublé et cousu patiemment à la main ! N’importe quel tissu fait l’affaire : les Salvation Army en regorgent à des prix quasi donnés si vous n’êtes pas regardant quant au choix des coloris.

Pour le nécessaire à couture il ne vous en coutera qu’une poignée de dollars, essayez de choisir un fil d’une couleur quasi similaire à votre tissu pour un rendu plus esthétique.


  • La création des rideaux :


  • Pour plus d’efficacité, nous avons choisi de faire un rideau par fenêtre et un grand rideau pour l’avant, placé contre les fauteuils. Cela fait au total 6 pans de rideau pour la Toyota Estima. Nous n’avions ni l’un ni l’autre de prédispositions pour la couture mais grâce à quelques tutos YouTube et à un peu de patience il nous aura fallu deux bonnes après-midi pour finir les doublures.

    Voici quelques conseils pour vous guider :


    • Vous allez certainement devoir couper votre ou vos tissus, vous constaterez que les bords ainsi découpés s’effilochent. Pensez bien à les rabattre (1 cm environ) et à les coudre pour éviter de retrouver vos rideaux en lambeaux au bout de quelques jours ;

    • Quand vous mesurez votre tissu, prenez des dimensions un peu plus larges que la fenêtre (5 cm environ) pour que vos rideaux dépassent un peu ;

    • Avant de les installer, vérifier leur opacité en les plaquant contre l’une des fenêtres.

    Si vous êtes satisfaits du résultat alors il est temps de passer à la 2e étape : la fixation.


  • La fixation des rideaux :


  • Vissez des crochets dans le plastique de la voiture de part et d’autre des fenêtres, en haut et en bas. Pour l’avant et pour l’arrière, n’installez des crochets que sur la partie haute, le bas du rideau ne nécessitant pas d’être rattaché, il peut pendre jusqu’en bas. Ces crochets vont vous permettre plus tard d’attacher la ficelle qui maintiendra vos rideaux.



    Pliez chaque pan de rideau en accordéon et marquez bien les plis. Vous obtenez ainsi un rideau plié en un certain nombre de parts égales. Sur chacune de ces parties, à l’aide d’un cutter, faites une légère incision en haut et en bas (ou seulement en haut pour les rideaux avant et arrière) à environ 5 cm du bord. C’est par ces trous que la ficelle sera plus tard insérée ;

    Découpez la ficelle en plusieurs morceaux en fonction de la distance entre chaque crochet. Vous devez obtenir 10 bouts de ficelle (1 pour l’avant, 1 pour l’arrière et 2 par fenêtre latérale) ;

    Insérez chaque bout de ficelle dans les trous des rideaux créés précédemment puis attachez chaque extrémité de la corde aux crochets à l’aide de nœuds.



    Voilà vos rideaux sont terminés ! S’il vous reste quelques chutes de tissu, utilisez les pour parfaire votre installation en créant des attaches pour vos rideaux quand ils sont ouverts !

Passer la certification self-contained

Où passer la certification ?

Nous vous conseillons fortement de ne pas passer votre certification sur Auckland (nous n’avons pas d’informations concernant les autres grandes villes) car les escroqueries sont nombreuses et les prix exorbitants. Pour notre part, nous nous sommes rendus sur le site de all points camping nz.

Vous y trouverez les contacts dans la région d’Auckland qui sont habilités à faire passer la certification. Pour notre part, nous avons contacté un plombier de Whangarei.

Comment ça se passe ?

Nous avons pris rendez-vous avec la personne en charge de la certification et nous avons obtenu un rendez-vous dans les jours qui ont suivi. Comme la personne que nous avons choisie ne faisait pas partie d’un centre agréé, il a fallu qu’elle soit secondée par un confrère.

C’est lui-même qui s’est occupé d’organiser la rencontre. Les inspecteurs ont fait un rapide tour de la voiture, ont vérifié les diamètres des tuyaux, le litrage des bidons, les toilettes chimiques, les raccords de plomberie (le tout a pris en gros cinq minutes) et, une fois l’inspection validée, nous ont tendu les papiers d’attestation. Il faut préciser qu’ils n’ont pas hésité une seconde pour nous certifier et ont même été agréablement surpris de l’installation de notre véhicule.

Les papiers définitifs (notamment le fameux sticker) sont envoyé par la poste dans les 4 jours qui suivent l’inspection.

Combien ça coute ?

Cette certification nous aura couté au total 70 dollars, somme dérisoire par rapport aux tarifs proposés dans Auckland même (aux alentours de 150 dollars) :


  • 25 dollars par personne pour l’agrémentation elle-même ;

  • 20 dollars supplémentaires optionnels faisant de vous un membre du club all points camping nz. Cela inclut des réductions dans les campings du club et surtout une réduction de 10 % lors de l’achat des billets de ferry reliant l’île du Nord à l’île du Sud.

7. Budget global de l’aménagement

Le tableau ci-dessous montre un ordre d’idée de ce que peut coûter (prix des outils exclus) l’aménagement d’une voiture self-contained :

MatérielQuantitéMagasinPrix total
Planche de bois 2 m sur 1,5 m épaisseur 16 18 mm3Bunning's180
Plomberie (siphon, tuyaux, raccords, éviers, bidon, etc.)2Backpacker word300
Tasseau de 2m4Bunning's120
Vis2 grosses boitesBunning's50
Matelas mousse1Wharehouse150
Toilette chimique1Market place facebook70
Poubelle 10 L1Bunning's10
  • 3 Planche de bois 2 m sur 1,5 m épaisseur 16 18 mm : 180$
  • Plomberie (siphon, tuyaux, raccords, éviers, bidon, etc.) : 300$
  • 4 Tasseau de 2m : 120$
  • 2 gorsses boites de vies : 50$
  • Matelas mousse : 150$
  • Toilette chimique : 70$
  • Poubelle 10 L : 10$

Aux alentours de 1000 dollars pour le matériel de construction, voilà le budget nécéssaire. Il faudra ajouter à cela environ 1000 extra dollars pour les ustensiles du quotidien (camping-gaz, vaisselle, bouteille de gaz, couverts, couvertures, etc.).

Conclusion

Un peu sceptiques au début, nous nous sommes vite rendu compte que construire son véhicule self-contained, ce n’était pas la mère à boire ! 2 jours ont suffi pour la construction, quelques jours de plus pour la certification puis nous avons acheté tous les ustensiles manquants au fil de nos besoins. Nous espèrons que ce dossier guidera certains qui n’osent pas sauter le pas et permettra à d’autres de ne pas faire les mêmes erreurs que nous. Si vous avez des questions, des suggestions n’hésitez pas à nous envoyer un mail ou à laisser un commentaire nous serons ravis d’y répondre ! À vos outils, nous vous souhaitons un bon aménagement et surtout un excellent road trip en Nouvelle-Zélande !

Commentaires : 1

Gill &Romy

02/11/2018

Merci beaucoup pour votre article, je pense qu'il va nous être d'une très grande utilité. On vient d'acheter notre estima et on va commencer les travaux. Petit bémol, aucun de nous 2 n'est bricoleur mais on est motivé ! Merci et bonne continuation à vous.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

(2Mo max) - Facultatif

Mentions légales | Contact |