Nouvelle-Zelande

2018-10-12

Rainbow (Party 2)

St Arnaud


Notre téléphone habituellement bien silencieux se met à vibrer à la fin août nous apportant de bonnes nouvelles. Notre ami Scott débarque à Saint Arnaud en compagnie de sa fille Lola pour nous rendre visite. Il réserve une chambre au Alpine Lodge et prévoit de se rendre à Rainbow pour tenter l’expérience du ski. Quel bonheur de les retrouver tous deux dans ce lieux que nous chérissons tant et de partager cela avec eux.



Rainbow sera le théâtre des premières glissades en ski de Lola qui découvre, avec la station, la montagne et la neige. Une leçon en compagnie d’Ian fera d’elle une bien meilleure skieuse que son papa.



Scott, lui, met en avant son côté autodidacte et un ski acrobatique aux performances encore inégalées. On frôle les accidents mais comme toujours en sa compagnie, avec le sourire.



En leur compagnie, on passe deux magnifiques journées sur les hauteurs de Saint Arnaud. Le temps s’accélère et, sans que nous nous en rendions compte, scelle ce merveilleux moment au rang de souvenir. Scott et Lola nous quittent après une grande et tendre accolade sous les à très bientôt.

La fin de saison approche, les premiers départs anticipés se font dans l’équipe. Comme pour éviter de penser à l’instant fatidique où il nous faudra nous aussi plier bagage, on organise des soirées. Des soirées de départ, des soirées sans prétextes, des soirées d’après soirées. Les matins se font plus difficiles et le bus de moins en moins plein.



Le départ d’Ian, notre camarade de pâtisserie et ami est un coup dur. Adepte de la discrétion, c’est avec une soirée en petit comité que nous saluons son départ. Autour de la table : la team essentielle, ou du moins celle dont on se sent le plus proche, celle avec qui on a partagé le plus ces derniers mois écoulés. Pour ne pas penser au lendemain, on fait d’un autre de nos collègues la star de la soirée, on rigole, on s’amuse car même si personne ne l’avoue, nous sommes tous tristes de le voir partir. Avec lui nous prenons conscience qu’il y a une fin à Rainbow. Les soirées ne seront plus les mêmes, et l’odeur de pain chaud un peu moins vive dans la cuisine.



Puis c’est au tour d’Anne-Line et Vincent de tirer leur révérence. Un jeune couple de Français qui travaillaient pour la saison dans le petit café restaurant du village de Saint Arnaud et avec lequel nous nous sommes liés d’amitié. C’est chez eux que nous trouvions refuge une fois par semaine pour une soirée où l’on pouvait parler autour de la table dans notre langue natale. Même si les chances de les revoir plus tard dans notre pays sont fortes, les voir quitter Saint Arnaud met encore une fois la fin à une étape que l’on aurait souhaité un peu plus longue. Nous regardons leur van s’éloigner en pensant que ce sera bientôt notre tour sans un brin de nostalgie. Puis comme il en devient coutume c’est une nouvelle soirée de départ qui s’organise à l’auberge. Avec le départ de Robin, s’achève le concours de pâtisseries. Rester jusqu’à la fin de la saison est finalement quelque chose de bien déprimant.



À moins d’une semaine de la fermeture de la station, l’émotion est forte. La moitié de l’équipe nous a déjà quittés. Ne reste au pied des pistes que quelques irréductible aux services des derniers clients combatifs ; pour la plupart des habitués, ceux venus skier à Rainbow depuis l’ouverture, 3 mois auparavant. Les supporters de la station comme on les appelle. Ceux à qui l’on parle comme s’ils faisaient partie de notre équipe, à qui on peut demander de faire passer un message à Pierre sans lui préciser dans quel service il travaille. À leur tour, ils nous portent la larme à l’œil, nous remerciant pour notre travail et nous disant à l’année prochaine comme pour ne pas s’avouer qu’il s’agit d’adieux. Parmi eux il y a Harold et son fils Apanui qui aimaient venir nous porter main forte à l’atelier et partager ses bonbons ; ou encore le bon vieux John, 92 ans, toujours sur ses skis et fier de nous raconter ses exploits. Des gens incroyables qui apportent des gâteaux maison pour remercier l’équipe de son travail et des efforts fournis cette saison dans le but de leur offrir la meilleure expérience possible sur la minuscule mais néanmoins magnifique station de Rainbow.



Le décompte est lancé, plus que trois jours avant la fermeture de la station. Lassés des au revoir, nous sommes impatients à notre tour de clôturer ce chapitre qui, bien que magnifique, devient déprimant. C’est dans ce moment difficile que frappe à notre porte une ancienne connaissance. Maxi qui nous a succédés à notre poste chez Scott fait une arrivée surprise au Alpine Lodge en compagnie de sa sœur. Ayant reçu des indications de notre ancien patron, elles passent nous rendre une petite visite. Désormais à Saint Arnaud, il serait dommage pour elles de ne pas profiter des charmes de Rainbow. Nos deux amies n’avaient pas envisagé de skier en Nouvelle-Zélande mais ne sont pas difficiles à convaincre. Au petit matin, elles embarquent donc dans le bus en notre compagnie, direction les hauteurs de Saint Arnaud où, malgré la fin de saison qui approche, la neige est toujours au rendez-vous.




Quel plaisir de partager avec des amis notre quotidien. La station est presque déserte et il ne m’est pas difficile de me dégager plusieurs heures durant la journée pour skier en compagnie de Maxi et de sa sœur. À toute allure, nous dévalons les pistes de la petite station qui semble séduire nos convives.



Le dimanche 7 octobre ne tarde pas à arriver et avec lui les dernières heures d’ouverture de la saison 2018 de Rainbow. C’est une journée calme où seuls quelques habitués viennent profiter des dernières neiges. Pour l’occasion, la station de radio more FM installe un barbecue sur la station. Ce n’est pas la première visite de ce partenaire décrit par mon patron comme un « dealer de mauvaise musique et de mauvaises saucisses ». Il n’a pas tout à fait tort mais aujourd’hui le cœur n’est pas à la moquerie. Tout le monde s’active déjà au rangement de la station.



L’après-midi, on en profite pour faire quelques descentes, les dernières de la saison et très certainement les dernières à Rainbow tout court. On savoure, on glisse sur cette neige de printemps qui par endroits commence à être clairsemée. Dans l’atelier, je signe le mur, laissant ainsi une trace de mon passage aux côtés des centaines d’autres noms qui se sont relayés ici. Phyl était là en 2018.



Les heures fusent à la vitesse de l’éclair. 16 h sonne à la pendule de l’atelier. Pour la dernière fois, je franchis la porte pour me rendre jusqu’à la petite remontée mécanique utilisée pour les débutants. Quelques enfants sont encore présents. Plus généreux qu’habituellement, je leur propose de s’agripper une dernière fois sur l’engin qui les conduit en haut de la petite butte. Arrivés au sommet, je dégaine le doigt et presse pour une ultime fois le bouton Stop. Les autres remontées mécaniques ont déjà été éteintes, Rainbow est officiellement fermée.



À l’atelier de location, les derniers clients rapportent les derniers skis et snowboards. Les étalages se remplissent sous les « à l’année prochaine » des clients qui partent sourire aux lèvres. Amicalement je leur réponds, mais le cœur n’y est pas réellement. La boutique est bien trop propre, trop rangée, de quoi nous rappeler que demain elle n’ouvrira pas ses portes. Nous saluons les derniers clients, entre membres de l’équipe on se sert fort, « nous l’avons fait ». Nous prenons nos affaires, éteignons les lumières et quittons ce petit local dans lequel il y a eu tant de bons moments passés ces derniers mois.



Sur la station, ça s’active encore. On ôte toutes les barrières, toutes les protections, la montagne doit être nue. Après une petite heure, il ne reste de notre activité que les remontées mécaniques et les traces fraîches laissées par les skis sur le manteau blanc. Plus rien d’autre ne subsiste, nous voilà gommés de Rainbow. Face à cette magnifique montagne recouverte de neige, on grille quelques saucisses, et on boit quelques bières. Nous quittons Rainbow tardivement dans le bus qui s’en va klaxonnant pour marquer le coup, une larme sur chaque joue. Une nouvelle heure de route pour regagner Saint Arnaud mais cette fois impossible de dormir, le cœur serré. Arrivés au dépôt, Mike, notre chauffeur, n’ouvre pas la porte comme habituellement. Il quitte le poste de conduite et vient nous ouvrir personnellement la porte pour saluer chaque membre de l’équipe l’un après l’autre. Un geste magnifique qui me pousse à remettre les lunettes de soleil. Au bar de l’hôtel on reboit une petite bière pour faire passer tristesse, adieu Rainbow.

Commentaires : 0

AJOUTER UN COMMENTAIRE

(2Mo max) - Facultatif

Mentions légales | Contact |