Vietnam

2016-07-26

Retour a la maison

(Hoa Binh-Hanoï-Kem Trang Tien-Giang café-La plus grande mosaïque du monde-Spectacle de marionettes sur l'eau)


Après une courte pause à Mai Chau, nous reprenons la route pour une destination que nous connaissons déjà, Hanoï. Nous sommes dans la région de Hoa Binh et le destin nous fait passer par une route très particulière pour nous puisqu’il s’agit de celle que nous avions empruntée lors de notre toute première sortie avec Blacky. Nous sommes impatients de repasser par les petits villages que nous avions pu croiser lors de notre premier passage. Cela fait 4 mois que nous sommes sur la route, le fait de retourner vers une ville que nous connaissons nous donne l’impression étrange de retourner en terrain conquis, à la maison.

Après presque 1 mois à sillonner les routes du Vietnam, il faut bien l’avouer, notre passage sur cette route que l’on avait idéalisée est assez décevant. Nous arrivons à Hanoï dans la fin de journée en pleine heure de pointe. Force est de constaté que la sensation de folie sur la route dans cette vile, elle, n’a pas changé.



Nous rejoignons l’auberge Hanoï Light Hostel où nous avions déjà résidé lors de notre premier séjour. Pour 4$ c’est la seule disposant d’un parking pour les deux roues. Sur internet nous avons vérifié la disponibilité de lits pour la nuit, c’est donc sans inquiétude que nous franchissons ses portes. Alors que nous sommes heureux de revenir ici, la gérante, quand à elle, semble d’humeur opposée. Selon ses dires plus aucun lit en dortoir n’est disponible et nous devons prendre une chambre individuelle si nous souhaitons dormir ici. Nous sommes prêts à réserver sur internet pour la contredire quand son discours change. Elle dispose de dortoirs mais plus chers que la fois précédente. Aurait-elle oublié que sur internet nous sommes en mesure de voir la disponibilité des lits mais aussi les tarifs ? Elle finit par arrêter son baratin et nous installe dans un dortoir qui se trouve être vide. Comme à la maison… pas tout à fait.

Si nous sommes revenus sur Hanoï c’est pour faire une demande d’extension de visa. Au matin nous regagnons donc le bureau d’immigration. Après de longues, très longues minutes d’attente nous finissons par atteindre le guichet qui nous informe de l’impossibilité de faire cette démarche ici. La personne nous invite à nous rapprocher d’une agence touristique.

Nous nous rendons donc dans une auberge de jeunesse que l’on avait croisée précédemment qui indique : « extension visa here ». Trois formules nous sont proposées. Il nous est possible de prolonger notre visa de 10 jours, 15 jours ou 1 mois. Les prix sont plus élevés qu’à l’obtention du visa (40$ pour 10 jours, 45$ pour 15 jours et 90$ pour 1 mois). Voilà qui nous laisse perplexe. 15 jours devraient nous suffire et nous optons pour cette option. La fille de l’auberge revient quelques instants après et nous informe d’une erreur qu’elle a commise. La formule 15 jours n’existe pas pour les Français. Voilà une nouvelle déplaisante. Avec 10 jours de plus, le timing serait juste mais pas impossible. Nous optons donc cette fois pour 10 jours. Nous venons tout juste de régler par CB quand la fille nous indique un délai de 5 à 6 jours ouvrables avant de récupérer nos passeports. Un délai qui nous bloque sur Hanoï plus de 8 jours en comptant le week-end. Quel intérêt pour nous ? Payer 90$ nous parait inconcevable mais nous n’avons guère le choix si nous souhaitons pouvoir terminer notre traversée du Vietnam. Après de longues minutes à peser le pour et le contre nous finissons par choisir de prendre 1 mois supplémentaire. Là encore une surprise nous attend. Le visa 1 mois annule notre visa en cours et débute à la date de la demande mais, comme précédemment, nous ne récupèrerons nos passeports que dans 5 à 6 jours ouvrés. Cela en devient énervant. Nous finissons par régler la différence et quittons les lieux.

La nuit commence à tomber quand nous rejoignons Méo, une couchsurfeuse qui peut nous héberger quelques jours dans son appartement. Les présentations faites, elle nous emmène ce soir dans ses lieux préférés.

Nous remontons à moto et tentons de suivre Méo dans le trafic fou d'Hanoï. Difficile de la suivre dans ce bazar, vêtue d'un chemisier vert-jaune à pois blancs et d'un casque blanc rayé de noir et de rouge. Arriverez- vous à la suivre ? Mais où est Méo ???



Nous arrivons au « Kem Trang Tien » un hangar réputé pour la vente de délicieuses glaces locales. Nous y entrons en moto et stationnons Blacky au milieu de centaines d’autres. Deux magasins vendent leurs glaces artisanales. L’un d’entre eux propose des goûts tels que riz, maïs ou encore haricot rouge tandis que l’autre reste plus traditionnel. Tant qu’à faire nous goûtons bien évidement les deux.



Nouvel endroit, nouvelle expérience. C’est cette fois dans un café nommé « Giang cafe » que Méo nous emmène tester le « egg coffee ». Un café mélangé à un œuf, une spécialité vietnamienne. Julie est fan, pour ma part je trouve cela écœurant. Méo nous propose alors de tester des spécialités dérivées de cette recette. Pour Julie ce sera « egg chocolat » tandis que je me retrouve avec un « egg coffee rhum ». Cette fois on est tous les deux d’accord : ce n’est pas l’extase.

Pour terminer la soirée, Méo nous emmène au bord du lac Hoàn Kiêm pour un ice tea à la belle étoile. Installés sur des petits tabourets à même le trottoir, quel bonheur de déguster cette boisson rafraichissante. La police débarque et se déroule alors sous nos yeux un petit show auquel nous avions déjà assisté lors de notre première visite d’Hanoï. Nous sommes dans un bar improvisé et donc illégal. Les tabourets sont rangés et nous regagnons nos motos avant qu’elles ne nous soient confisquées.

Sur le chemin du retour, nous passons par la route de la céramique. Une digue de 4 km qui protège la ville des crues du Fleuve Rouge et qui à été recouverte de mosaïques qui représentent sur plusieurs tableaux, l’histoire et le patrimoine vietnamien. Construite en 3 ans par une centaine d’artistes, il s’agit de la plus grande mosaïque du monde. Au ralenti, nous longeons ce mur tandis que Méo nous explique les pans qui lui tiennent le plus à cœur notamment cette légende :

Chu Dong Tu était un pêcheur récemment orphelin, très pauvre. Si pauvre qu’il vivait dévêtu. Un jour alors qu’il péchait, la princesse Tien Dung arriva avec toute sa flotte au bord du lac. Chu Dong Tu, timide, se cacha, mais fut trouver par la princesse qui, émue par l’histoire du jeune homme, en tomba amoureuse. Ils décidèrent de se marier mais le roi mis son véto. La princesse préféra être déshéritée et vivre aux côtés de Chu Dong Tu dans la pauvreté plutôt que de quitter celui qu’elle aimait. Ensemble ils commencèrent un apprentissage religieux et devinrent aux yeux de tous, des saints.



Nous nous réveillons chez notre couchsurfeuse qui dort encore. Son appartement est fermé à clef à l’aide d’un cadenas et nous ne pouvons pas sortir. Nous n’osons pas la déranger et attendons patiemment son réveil. Les heures passent et toujours pas de Méo, il est bientôt midi et nous tentons de l’appeler depuis le rez-de-chaussée. A 13 h elle finit par émerger et semble mal lunée. Nous partons déjeuner en sa compagnie mais elle est aujourd’hui peu causante et nous sentons comme un malaise. Pour l’après-midi, nous partons donc de notre côté pour un tour dans le vieil Hanoï. Le soir venu nous testons le sandwich vietnamien appelé ici « banh mi ». La baguette à été introduite au Vietnam par les Français à l’époque coloniale. Les Vietnamiens garnissent ce pain à l’aide de crudités et de pâté. Au Banh Mi 25, nous testons cette spécialité peu couteuse et très bonne. On repassera à coup sûr !



Sous les conseils d’un ami, nous nous rendons au pied du lac Hoàn Kiêm (et oui toujours le même) pour assister au spectacle traditionnel de marionnettes sur l’eau. Un spectacle vietnamien réputé mondialement. Cachés derrière un rideau de riz, des acteurs actionnent des marionnettes à l’aide de perches et de poulies dissimulées sous l’eau. Un spectacle remarquable retraçant la vie du Vietnam et ses légendes.



Nous rejoignons Méo qui attend ce soir de la visite. Une autre couchsurfeuse vient passer le week-end chez elle et nous allons la récupérer à l’arrêt de bus. Nous faisons la connaissance de Vuvu, une Vietnamienne originaire de Ho Chi Minh. En sa compagnie, nous nous rendons tous les 4 au bord du lac pour un petit ice tea à la belle étoile (tient ça me rappelle quelque chose).

Pour notre dernière journée et donc dernière soirée nous nous mettons aux fourneaux pour préparer à Méo et Vuvu notre devenu traditionnel poulet basquaise. Un détail nous a échappé, au Vietnam on mange avec des baguettes. Nous voilà donc installés au sol, baguettes en main à tenter de manger ce plat. Très vite nous oublions les bonnes manières et nous utilisons nos mains ce qui semble être la meilleure solution. Nous sommes assez fiers de notre préparation pourtant le silence se fait autour de la table. Vuvu avoue clairement ne pas apprécier quant à Méo elle ne semble pas plus enjouée. Une mauvaise ambiance générale se fait sentir et nous ne savons pas si cela est lié à notre plat où à notre présence. Vuvu décide de partir prendre l’air seule et méo nous propose d’aller tester le bubble tea. Un thé au lait froid dans lequel sont disposées des boules de tapioca. La boisson peut paraitre peu attirante mais est finalement très agréable. Nous apprenons que Vuvu et Méo se sont disputées dans la journée, voilà ce qui explique la tension. Nous ne sommes pas responsables de la situation, nous sommes rassurés.

Méo, jamais en panne d’inspiration pour les expériences culinaires, nous propose de goûter le « com ruou nep cam » un yaourt au riz gluant noir fermenté. Dit comme cela on n’en a que très peu envie pourtant ce dessert vietnamien s’avère être très bon.

Au petit matin, nous sommes prêts à quitter Hanoï pour notre prochaine aventure mais impossible de partir le ventre vide et sans une dernière découverte culinaire. Notre couchsurfeuse nous emmène cette fois dans un petit restaurant pour nous faire goûter le « Bun cha ». Un plat encore une fois traditionnel à base de porc grillé et de nouilles de riz que l’on trempe dans une sauce de poisson. Julie est de nouveau conquise à l’inverse de moi. Cette sauce de poisson que nous avons par le passé déjà goûtée dans d’autres mets m’est insupportable, à l’odeur comme au palet. Cela amuse beaucoup Méo qui rigole de ma tête chaque fois que je me lance dans une nouvelle expérience gustative.

Nos affaires chargées sur la moto, nous disons au revoir à Méo qui nous propose de nous reloger lors de notre retour sur Hanoï. Bien qu’étrange, cette fille était, il faut l’avouer bien sympathique et cela nous réchauffe le cœur de voir que derrière son comportement que nous n’avons pas toujours su décrypter, elle nous a appréciés.

Commentaires : 2

Linda

27/07/2016

Ok, je comprends un peux mieux votre retour à la maison :)
Bisous à tous les deux.

Raf

05/08/2016

Haaan la blague pourrie! :o C' est pas très très gentil.
Vengeance, bagarre, et bisou bisou!
Et puis maintenant que c' est dit vous avez plus qu' à rentrer, tiens, c' est tout ce que vous méritez (et nous aussi d' ailleurs x)).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

(2Mo max) - Facultatif

Découvrez aussi...


- Notre Guide -

Mentions légales | Contact |