Vietnam

2016-07-15

Randonnee a Babe

(Babe national park-Village de Coc Toc-Tour en barque sur le lac-Babe lake view homestay)


Après une journée de repos, nous voilà en forme pour une randonnée dans le parc national de Babe.

Nous avons prévu une marche jusqu’aux cascades suivie d’un retour en bateau par le lac. Le propriétaire de l’auberge nous a confirmé la possibilité de notre planning nous prévoyant même une pause repas de 1h30.
Sur notre route, nous allons croiser plusieurs villages décrits sur internet par certains voyageurs comme des lieux du Moyen-Age où les « autochtones » n’auraient jamais vu de lunettes de soleil. Certains parlent même d’une réception par le chef de village qui serait accompagné d’enfants chantant et dansant sur des musiques traditionnelles. Nous sommes septiques et impatients de voir la vraie face de ces villages.

Nous prenons la route à 7h du matin et faisons les 4 premiers kilomètres avec Blacky pour nous épargner une marche sur goudron. Nous arrivons au pied du village de Coc Toc, le premier de notre randonnée, desservi par une route. Voilà qui enlève déjà une bonne part du côté Moyen-Age. Nous sommes en pleine campagne et nombre des constructions de fermes sont réalisées en bambou. Peut-être est-ce cela qui a pu motiver une telle description. Le bambou est l’une des matières premières les plus utilisées en Asie en raison de l’abondance de celui-ci et de sa solidité. Pour rappel, à Hong-Kong il n’est pas rare de voir des échafaudages construits en bambou. Peut-être un vestige du Moyen-Age…

Nous nous retrouvons dans une magnifique petite vallée agricole séparant la jungle en deux. Nous sommes dans une réserve naturelle, une faune qui compte notamment parmi ses occupants des tigres et l’ours noir d’Asie. Mais les seuls animaux que nous croisons sont des buffles d’eau utilisés pour les travaux agricoles. La rivière passant dans la vallée est l’attraction des enfants qui viennent s’y baigner. Ils ne connaissent apparemment pas les lunettes de soleil mais ils disposent de masques et de tubas.



Nous arrivons finalement au second village. Pas de chef pour nous accueillir quant aux enfants que nous croisons ils ne semblent pas enclins à pousser la chansonnette. Vous l’aurez compris il ne s’agit ici que de petits villages de paysans vivant de l’exploitation de la terre. Ils disposent de moto pour se rendre en ville et d’un confort certes basique par rapport aux occidentaux mais qui n’est pas aberrant pour le Vietnam. C’est à se demander combien ont pu payer ces gens que l’on a lus sur internet pour assister à de telles mascarades et quel est leur niveau de crédulité pour ne pas se rendre compte de la supercherie.



Les gens dans ces coins reculés ne parlent pas anglais et c’est avec peine que nous parvenons à leur demander notre chemin. Sur la route, ils sont nombreux à nous procurer un petit bout de toit à l’ombre, pour marquer une pause.



Nous n’avons plus d’eau. Il est bientôt 16h. Nous n’avons pas marqué d’arrêts pour le déjeuner et marchons depuis plus de 7h. Le soleil tape fort et nous fait passer un mauvais moment. Il nous reste peu de temps pour regagner les cascades et espérer avoir le dernier bateau de la journée. L’inquiétude nous gagne. Nous accélérons notre cadence déjà élevée. Julie finit par glisser sur une pierre et laisse échapper par mégarde mon téléphone qui nous servait de GPS. Décidemment il ne finira pas le voyage.

Nous arrivons finalement aux chutes. Il est 16 h passé mais un bateau accepte de nous prendre. Il nous fait traverser la rivière Sông Nang et nous accorde quelques minutes pour acheter de quoi nous hydrater et pour nous rendre au point de vue des magnifiques chutes d’eau de Dau Dang.



Nous sommes littéralement épuisés par notre marche. La promenade en bateau sur le lac sonne comme une délivrance. Bien que nous soyons arrivés tardivement, notre capitaine accepte de nous emmener jusqu’à la grotte Puong. Une cavité creusée par la rivière de 200 m de long et d’une hauteur de 30 m. Encore une réalisation de l’artiste Dame Nature. Nous débarquons sur une petite plage à l’intérieur de la grotte où nous avons quartier libre pour nous promener. Nous sommes les derniers passagers du bateau pour la journée et notre capitaine ne semble pas pressé par le temps, voilà qui est fort agréable.



Nous remontons dans notre bateau pour rejoindre le lac dans une lumière de fin de journée. Le soleil embrase le ciel donnant un côté féerique à notre balade.



Nous croisons les différentes embarcations des locaux profitant de la baisse des températures pour pêcher dans ce magnifique cadre naturel.



Julie taquine le conducteur du bateau depuis notre départ faisant mine de se jeter à l’eau. L’homme qui ne cessait de répondre non à chaque fois finit par stationner le bateau au milieu du lac et nous invite à sauter. On a tout d’un coup moins envie de faire les malins. L’homme rigole mais semble sérieux et insiste. Nous ôtons nos vêtements et nous nous jetons dans l’eau chaude et sombre du lac, bordé par les montagnes et la jungle.



Tranquillement nous retournons en direction de notre auberge. Nous sommes déposés au village où nous avons laissé le matin même notre moto. La journée aura encore été forte en émotions mais nous rentrons avec de magnifiques souvenirs. On a deux-trois mots à toucher à notre hébergeur sur ses conseils de randonneurs. Est-il un athlète ayant participé aux jeux olympique ou n’a-t-il jamais marché sur ces chemins ? Nous avons notre petite idée…

Commentaires : 0

AJOUTER UN COMMENTAIRE

(2Mo max) - Facultatif

Découvrez aussi...


- Notre Guide -

Mentions légales | Contact |